Pour une nouvelle vision du monde: Sky Walk | Prévention

Vous avez donc déjà fait votre marche pour la journée. Rapide - sans quitter des yeux cette page - essayez de vous rappeler à quoi ressemblait le ciel quand vous étiez dehors. Quelle était sa couleur? Y avait-il des nuages? A quoi ressemblent-ils? Se déplacent-ils lentement ou rapidement?

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous ne pouvez probablement pas donner une description détaillée de l'apparence du ciel, même si vous en étiez entouré, dit Jack Borden, fondateur de Spacious Skies, une organisation à but non lucratif basée à Lexington, Massachusetts. Et c'est dommage. Parce qu'en focalisant les yeux sur le ciel et en l'étudiant vraiment, vous pouvez amplifier les effets déstressants de vos promenades.

Cherchant l'aide d'en haut

Ralph Waldo Emerson, un poète du XIXe siècle et un marcheur avide, décrit le ciel comme "le pain quotidien des yeux". Borden en eut une bouchée monumentale il y a 10 ans, alors qu'il se reposait dans une prairie après une longue randonnée. «J'ai levé les yeux et, pour la première fois de ma vie, j'ai vu le ciel», se souvient-il.

Laissez ce champ vide Entrez votre adresse email

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. Réalisant ce qu'il avait manqué, il a démissionné de son poste de diffuseur de télévision et a fondé For Spacious Skies, dont le but est de sensibiliser les gens au ciel. Une partie de ce que Borden a appris en levant les yeux pourrait ajouter une nouvelle dimension à votre programme de marche - et à d'autres aspects de votre vie.

Looking Up, Looking In

La recherche psychologique suggère que le ciel peut être plus grand que juste une sensation agréable d'avoir pris dans une belle vue. Plus précisément, le visionnement du ciel peut saper le stress en vous aidant à mettre vos émotions en perspective. Comme l'explique Borden, «quand on se rend compte que tout le monde est dans le ciel plutôt que sous le ciel, comme beaucoup de gens se perçoivent, on ressent un sentiment d'appartenance plus fort.»

L'écopsychologue Sarah Conn, Ph.D. beaucoup à gagner en tuning dans le ciel. (L'écopsychologie est un nouveau domaine d'étude de la santé émotionnelle et mentale fondé sur la philosophie selon laquelle les gens sont plus liés que le monde humain et sont profondément influencés par ce lien.) Selon le Dr Conn, la conscience du ciel peut aider les personnes en situation de stress à faire l'expérience de leur situation dans un contexte plus large. Ils peuvent être capables de prendre cette sensation d'espace en dehors d'eux-mêmes et de la traduire en quelque sorte en eux-mêmes. [Pagebreak] "En outre, regarder le ciel et les changements qui s'y produisent régulièrement peut donner aux gens le sentiment que leur propre les sentiments bougent de la même façon », explique le Dr Conn. "Orageux ou doux, les sentiments vont et viennent, mais au-dessus des nuages, le ciel est toujours là, toujours bleu."

S'y rendre à partir d'ici

Pour certains, un bon regard vers le ciel est tout ce qu'ils besoin de connaître les pouvoirs de réduction du stress du ciel. D'autres pourraient obtenir de meilleurs résultats en utilisant l'une de ces deux approches:

Turn Outward

Dr. Conn vous rappelle de "rester en dehors de votre tête" quand vous marchez. "Une expression amérindienne pour folie se traduit par" parler, parler, parler, dans votre tête "», note-t-elle. «Quand les gens continuent à bavarder sans cesse, ils ne se sentent pas soulagés, je leur rappelle d'arrêter, de regarder, d'écouter, de sentir et de toucher le monde qui les entoure. sens. Goûtez l'air, ressentez le vent, touchez un arbre. Essayez de marcher souvent au même endroit et faites très attention aux changements qui se produisent d'une visite à l'autre. Cela inclut les changements qui ont lieu dans le ciel. «Tout cela crée un merveilleux sentiment de connectivité et de confort», explique le Dr Conn. "Le monde naturel est un endroit où vous n'avez pas besoin d'agir, vous pouvez agir ou sentir comme vous voulez, et le ciel est juste là."

En marchant avec la conscience du monde naturel - de le sol sous vos pieds, des parfums, des sons et des odeurs - vous développez une protection très réelle contre le stress, selon le Dr Conn. "Le stress peut vous traverser plus rapidement et avec plus de facilité", explique-t-elle. ]

Recadrez ce que vous voyez Il est facile de se sentir bouleversé ou bouleversé lorsqu'une partie du paysage de votre vie est en désarroi. Borden recommande un exercice de la culture Apache pour vous aider à voir que la laideur n'est qu'un petit coin de votre image personnelle.

Par exemple, imaginez que vous marchez près du dépotoir de votre ville, et vous vous sentez dépassé par sa laideur. Regardez vers l'horizon et essayez de voir autant de paysage que vous le pouvez, horizontalement et verticalement. Obtenez la plus grande image possible sans vous concentrer sur un objet particulier.

Imaginez que votre œil est un objectif de caméra. Regardez de près la décharge à travers cette lentille. Puis tournez l'objectif vers le ciel. En prenant la beauté du ciel, vous devenez inconscient de la décharge. Inclinez l'objectif à nouveau jusqu'à ce que vous ne voyiez que le vidage. Puis revenez à la grande image, combinant le ciel et la décharge. C'est une image plus vraie de la réalité - 80% beauté, 20% moche. Vous vous sentirez non seulement moins anxieux à propos de la laideur, mais aussi habilité à faire quelque chose à ce sujet si vous le souhaitez. Bien sûr, vous n'avez pas à limiter votre conscience du ciel à vos promenades. Essayez d'éteindre la télévision un soir et d'emmener votre famille dehors pour observer les étoiles. Ou passer une journée d'été paresseuse allongée sur la pelouse, laissant le ciel briser vos tensions quotidiennes. Même ces actes simples peuvent être des outils vraiment puissants pour recadrer vos pensées sur la vie. Marcher

Recommandent

Choix De L'Éditeur

24 Tactiques intelligentes pour aider à prévenir l'épuisement dû à la chaleur | Prévention

junyyeung / Getty Images Les signes d'épuisement par la chaleur commencent souvent de façon soudaine, parfois après un exercice excessif, une forte transpiration et un apport hydrique insuffisant.